Quelles sont vos prétentions salariales ? Comment répondre

Ton entretien d’embauche se passe bien, tu as présenté ton parcours, tes expériences, le recruteur a décrit la société, le poste, l’environnement de travail. Tout se déroule pour le mieux. On commence à atteindre l’heure d’entretien. Et tout à coup la question tombe : « Quelles sont vos prétentions salariales. »

quelles sont vos prétentions salariales

Tes mains sont moites, ton regard est fuyant, tu as une irrésistible envie de foncer aux toilettes… Et tu sais que ta réponse est déterminante pour la suite du processus de recrutement.

Mais alors comment répondre à cette fameuse question ? Comment ne pas se tromper sur le niveau de salaire ? Je t’explique tout dans cet article.

Quelles sont vos prétentions salariales ?L’importance de cette question pour un recruteur

Que le recruteur soit un cabinet de recrutement, un chef d’entreprise, un Responsable RH ou autre… l’objectif reste le même : recruter le meilleur profil possible avec un niveau de salaire pouvant être pris en charge par l’entreprise.

En effet, les budgets masse salariale dans les entreprises, sont observés à la loupe. Les salaires sont les plus grosses « dépenses » pour une société, même s’il s’agit plutôt d’un investissement que d’une dépense. En langage entreprise, on parle de frais fixes.

Avant de continuer cet article, voyons un peu le « coût » réel d’un salarié, supporté par l’entreprise.

  • Marcel est assistant comptable, et a un statut technicien (non Cadre)
  • Il perçoit chaque mois un salaire net de 2000 €.
  • Son salaire brut est donc d’environ 2490€.
  • Le taux de cotisation patronal est d’environ 50% (peut varier selon les entreprises)

RÉSULTAT : L’entreprise doit débourser 3735€ pour que Marcel perçoive un salaire de 2000€ net chaque mois.

Tu comprends maintenant mieux pourquoi une entreprise est vigilante quant au niveau de rémunération de ses salariés.

Le recruteur doit donc trouver un candidat qui correspond au profil demandé et avec le niveau de salaire pouvant être pris en charge par l’entreprise. C’est donc en toute logique que cette fameuse question te sera posée au cours du processus de recrutement.

Pour bien répondre, il faut connaître SA VALEUR !

Répondre à cette question ne s’improvise pas. L’avantage que tu as maintenant en lisant cet article, est que tu sais que cette question te sera forcément posée. Tu dois donc t’y préparer.

Quelles sont vos prétentions salariales

Connaître l’environnement externe

Tu dois tout d’abord te renseigner sur le secteur d’activité de ton entreprise. En effet, les niveaux de salaires peuvent varier d’une activité à l’autre. Les niveaux de rémunération ne sont pas les mêmes en banque et dans le BTP par exemple.

Ensuite, penche toi sur le poste. Là encore exercer le métier de technicien qualité dans le secteur pharmaceutique ou le secteur minier n’est pas la même chose et les salaires sont là encore différents.

En résumé, tu dois avoir une notion des niveaux de salaires moyens pour un même poste selon les différents secteurs d’activités. C’est un 1er indicateur de ta valeur.

Il existe sur Internet plusieurs outils de calculs de salaires.

Pour un poste de Cadre, l’Apec propose un simulateur de salaire. Il y a également le site Cadreo qui peut t’aider.

Pour les postes non cadres, je te conseille la base de données Juritravail.

Au-delà des simulateurs, je ne peux que te préconiser de prendre connaissances des études de rémunérations réalisées par les Cabinets de recrutement nationaux tels que Hays, Robert Half, Robert Walters, et enfin Page Personnel.

Mais ça ne suffit pas, il faut davantage affiner ton niveau de valeur. Pour cela tu vas devoir en apprendre davantage sur l’entreprise que tu souhaites intégrer.

Connaître l’environnement interne

Pour connaître ta valeur précise dans l’entreprise, tu dois savoir très exactement le « package de rémunération » proposé par la société. En effet, toutes les entreprises de rémunèrent pas de la même manière.

Pour t’aider dans cette démarche je liste ci-dessous les points à connaître :

  • rémunération versée sur 12 mois, 13 mois, 14 mois etc…
  • versement ou non d’une prime de vacances
  • versement d’une prime annuelle
  • versement d’un bonus selon atteinte d’objectifs individuels
  • existences d’un accord d’intéressement et d’un accord de participation
  • coût de la mutuelle obligatoire supporté par le salarié
  • versements de tickets restaurants (quel est le montant et quel est le % pris en charge par l’employeur)
  • présence d’un CE (séjours à prix réduits, chèques cadeaux, chèques voyages etc…)
  • Gros avantages en nature (véhicule de fonction, appartement de fonction)
  • Petits avantages en nature (téléphone portable utilisable à des fins personnelles)

A travers la liste ci-dessus, tu comprends que ta rémunération globale est composée d’une multitudes d’éléments.

Ton salaire mensuel pourra donc être plus bas si tu es payé sur 13 mois que sur 12 mois. IDEM si tu bénéficies de primes, d’avantages en nature etc…

Quelles sont vos prétentions salariales ? Ne réponds que quand tu connais l’environnement externe et interne

Tu connais maintenant les éléments à connaître pour répondre le plus précisément à cette question sans « viser à coté ». Pour aller plus loin dans l’aide que je peux t’apporter je vais maintenant rédiger quelques exemples de réponses !

Quelles sont vos prétentions salariales

Quelles sont vos prétentions salariales ?

  • Afin de répondre le plus précisément possible à cette question, pourriez-vous m’indiquer ce qui compose la rémunération au sein de votre entreprise ?

Si le recruteur liste l’ensemble des éléments de rémunération, tu dois être en mesure de recalculer rapidement tes prétentions salariales. Attention, tu dois être précis, et dire s’il s’agit d’un salaire brut ou net et mensuel ou annuel pour ne pas créer de quiproquo.

  • Avec ces éléments, je situe donc mon salaire mensuel/annuel à XXX€ brut/net. Mon expérience globale sur le poste est de XX années. J’ai développé une très bonne expertise, et le montant que je vous donne est dans une moyenne raisonnable.

Laisse ensuite le recruteur parler. S’il ne dit rien, ne dis rien non plus. Le silence est une technique souvent utilisée pour créer le malaise et faire croire au candidat que le montant proposé est peut-être trop élevé.

Pour que le recruteur n’utilise pas cette technique du silence, tu peux terminer ta phrase par « qu’en pensez-vous ?« 

La plupart du temps le recruteur ne te dira pas que le montant colle parfaitement à ce qui est prévu. Il dira plutôt que le salaire est un peu trop élevé, ou encore qu’il note ta proposition et qu’il reviendra vers toi pour te dire si le niveau de salaire est accepté ou non.

Bonus : faut-il indiquer une fourchette de rémunération ?

Répondre en indiquant une fourchette de rémunération peut être « dangereux ». En effet, le recruteur aura tendance à appliquer la fourchette basse. Il te sera alors compliqué d’exiger davantage puisque c’est le montant que tu as indiqué en entretien. Par conséquent ta fourchette basse doit être le montant de rémunération souhaité.

Attention ta fourchette basse et haute ne doivent pas être séparés de plus de 2000€ annuel ou 150€ mensuel.

Mais si tu as bien lu cet article tu comprends qu’indiquer une fourchette de salaire n’est valable que si tu n’as pas fait correctement le travail en amont, ou que tu n’as pas trouvé de détails sur l’environnement externe et interne.

Un mauvais conseil à ne pas suivre…

Certains te diront que pour répondre à cette question, il faut prendre son salaire actuel et appliquer une augmentation de 10%. Alors premièrement ce mauvais conseil ne peut être suivi que si tu as déjà eu un 1er salaire, et deuxièmement, appliquer une augmentation de 10% est totalement absurde. En effet, si tu as bien lu l’article, les entreprises n’appliquent pas les mêmes « package de rémunération ».

Imagine que tu demandes 10% à une entreprise qui t’offre des éléments que tu n’avais pas dans ton ancienne entreprise (primes annuelles, 13ème mois, véhicule de fonction…), il serait déplacé de demander 10%.

Répondre à la question « Quelles sont vos prétentions salariales » est finalement une question bien plus technique qu’on l’imagine, et la réponse doit être préparée bien en amont. Cette question peut véritablement te faire passer à coté d’un poste si tu vises beaucoup trop haut. Il serait dommage de rater une occasion par manque de préparation. Néanmoins, avec les conseils que je viens de te donner, je ne doute pas que tu feras le nécessaire 🙂

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
STEPHENSON Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
STEPHENSON
Invité
STEPHENSON

Bonjour Christopher
Tout d’abord merci pour les précieux conseils 🙂
Pour un recrutement à l’étranger comment se positionner en terme de salaire? Souvent on a tendance à comparer la devise du pays avec l’euro.

Quels sont tes conseils stp

Merci par avance
Cdt